12/12/2017
Vivons bien, vivons mieux
  • Actualités

    Actualités

  • Envoyer le lien de cette page à un ami

    Cette page vous a intéressé ? n'hésitez pas à la partager avec vos amis !
    • Partagez cette page : • Imprimez cette page : • Envoyez cette page à un ami :

    Les cancers masculins, parlons-en !

    • Catégorie : Bien-Etre

    En novembre, les moustaches fleurissent avec le mouvement Movember. Lancée par la Movember Foundation, cette initiative a pour but de sensibiliser l’opinion publique à la santé masculine, en particulier aux cancers de la prostate et des testicules. Elle permet également de récolter des fonds pour lutter contre ces maladies.

    Le cancer de la prostate est le plus fréquent des cancers masculins. On estime qu’un homme sur neuf déclarera un cancer de la prostate*. Le développement de la maladie est fortement lié à l’âge. Diagnostiqué entre 60 et 90 ans (71 ans en moyenne), le cancer de la prostate compte 71 000 nouvelles personnes atteintes chaque année en France. Le nombre de malades augmente en même temps que notre espérance de vie. Toutefois, la prise en charge du cancer de la prostate est en constante amélioration.

    Messieurs, pensez au dépistage ! Détectée tôt, la maladie a très bon pronostic. N’hésitez pas à vous rendre sur le site de la Movember Foundation : la liste des symptômes qui doivent vous alerter y est détaillée.

     

    *Source : La ligue contre le cancer

    Ecrire un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Lire les commentaires

  • VBVM

    Bonjour Roland, Dans le cadre de la prévention du cancer de la prostate, l'Association Française d'Urologie recommande un dépistage annuel systématique entre 50 et 75 ans, par un dosage du PSA associé à un toucher rectal. Le cancer de la prostate évolue assez lentement : un rythme annuel doit normalement permettre de détecter la maladie à un stade précoce. N'hésitez pas à en discuter avec votre médecin traitant. Bonne journée à vous !

  • Gilberto Roland

    Bonjours, La surveillance annuelle du taux de PSA est-elle suffisante pour s'assurer qu'un adénome n'est pas cancereux ?

  • Vivons bien, vivons mieux