20/03/2019
Vivons bien, vivons mieux
  • Actualités

    Actualités

  • Envoyer le lien de cette page à un ami

    Cette page vous a intéressé ? n'hésitez pas à la partager avec vos amis !
    • Partagez cette page : • Imprimez cette page : • Envoyez cette page à un ami :

    Don d’organes : le consentement présumé

    • Catégorie : Société

    En France, le nombre de donneurs d’organes ne cesse d’augmenter. Pourtant, cette hausse ne permet toujours pas de couvrir les besoins de tous patients. Aujourd’hui, il est possible de faire un don de son vivant à ses proches, ainsi qu’à son décès pour toute personne en attente d’une greffe.  

    Dans ce dernier cas, il n’existe pas de registre du « oui ». Qu’est-ce que ça signifie ? Par solidarité, la loi du 26 janvier 2016 stipule que nous sommes tous donneurs d’organes et de tissus : c’est le principe du consentement présumé.  En d’autres termes, si vous ne souhaitez pas donner vos organes, vous devez le préciser. Pour cela, il existe plusieurs moyens : registre des refus, document écrit, information communiquée à l’oral. Le site http://www.dondorganes.fr a été créé pour vous renseigner.

    Quels tissus peuvent être prélevés ? Peut-on accepter de donner certains organes et refuser pour d’autres? A quel moment les proches sont-ils consultés ? Comment se passe la greffe ? À l’occasion de la journée nationale de réflexion sur le don d’organes et la greffe, ce jeudi 22 juin 2017, consultez le site http://www.dondorganes.fr pour obtenir des réponses à toutes vos questions.

    N’attendez plus !

    Ecrire un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Lire les commentaires

  • Ragueneau

    Bonjour Pour moi il serait plus logique qu'il y ai un registre de donneur qu'un registre de non donneur. C'est un acte personnel donc démarche personnel que personne ne pourrait contester après notre mort. Les familles ne pourraient plus refuser le don si la personne c'était enregistrée comme donneuse. Je pense qu'on aurait plus de dons donc de vies sauvées.

  • VBVM

    Bonjour Pierre-Yves, Merci de votre lecture assidue et de votre commentaire. Effectivement, cela pourrait être une bonne chose de pouvoir également exprimer son "oui". N'hésitez pas à continuer à nous faire part de vos remarques ! A bientôt. L'équipe VBVM

  • Pierre-Yves Plais

    Cette loi qui dit que tout le Monde est donneur est une bonne loi. Toutefois, il me semble dommage qu'il n'existe pas de registre de donneurs qui s'exprimeraient volontairement. On sait la détresse qui peut exister immédiatement après un décès et donc le manque de recul pour une décision (à la place) du donneur, avec lequel, d'ailleurs le sujet peut n'avoir jamais été évoqué (sujets jeunes en particulier). Par ailleurs, la réticence de certaines personnes à évoquer la fin de vie avec leurs proches, (pour toutes sortes de raisons), quand on connait la peur d'imaginer le corps du défunt prélevé voir "profané"(yeux, coeur, ..) alors qu'on pourrait aussi dire partiellement sauvé ..). Ce serait pour chacun de ceux qui le souhaitent un certain confort qu'un recueil de donneurs existe susceptible d'aider à la réponse les proches dans cette situation d'urgence.

  • Vivons bien, vivons mieux