18/03/2019
Vivons bien, vivons mieux
  • Au secours, <br> mon bébé préfère sa nounou !

    Au secours,
    mon bébé préfère sa nounou !

  • Envoyer le lien de cette page à un ami

    Cette page vous a intéressé ? n'hésitez pas à la partager avec vos amis !

    Au secours, mon bébé préfère sa nounou !

    • Partagez cette page : • Imprimez cette page : • Envoyez cette page à un ami :

    Au secours,
    mon bébé préfère sa nounou !

    Quel crève-cœur de confier chaque matin votre bambin à l’assistante maternelle ! Pire, le soir, au moment des retrouvailles, il se détourne de vous et s’accroche aux bras de la personne qui le garde… Parfois même pousse-t-il des cris déchirants. Vous vous sentez rejeté(e) et c’est bien naturel. Rassurez-vous, il vous aime toujours et ce comportement n’a rien d’inhabituel.

    Ne culpabilisez surtout pas d’avoir repris le travail. En fait, durant la journée, votre enfant fait partie d’un groupe. Il n’a pas conscience de son individualité. Et lorsque vous venez le chercher, il se sent un peu perdu, il ne sait pas encore très bien qui il est.

    Le stress n’a pas d’âge

    Il peut arriver qu’entre le matin et le soir, vous fassiez vivre, bien inconsciemment, un double stress à votre bébé. La séparation du matin et les retrouvailles du soir. « Au moment de retrouver leur mère, ils sont envahis par un flot d’émotions » explique le pédopsychiatre Marcel Ruffo dans Elever son enfant. « Il leur faudra quelques minutes pour se détendre. » Bébé peut en effet mettre un instant à vous reconnaître. Alors si vous vous jetez sur lui dès votre arrivée, imaginez son désarroi…

    En clair, avant de repartir chez vous, laissez-lui le temps de se séparer de ses copains et copines et de ses jouets. « Ce sera l’occasion de discuter avec les autres parents » continue Marcel Ruffo. « Puis retrouvez-le par quelques paroles. » Le temps de rentrer est enfin venu.

    Enfin, au bout de quelques semaines, n’hésitez pas à lui parler de cette séparation et surtout de son côté provisoire. Cela le rassurera. En revanche, lors des retrouvailles « évitez les phrases du genre ‘Tu m’as tellement manqué’ ou ‘Comment ai-je pu vivre sans toi’ » Vous le rendriez encore plus anxieux !

     

    Source : Elever son enfant, Pr Marcel Ruffo, Christine Schilte, Hachette Famille

    Dans la même rubrique

    Lire les commentaires

    Vivons bien, vivons mieux