19/02/2019
Vivons bien, vivons mieux
  • Bronchiolite : <br> quand faut-il aller aux urgences ?

    Bronchiolite :
    quand faut-il aller aux urgences ?

  • Envoyer le lien de cette page à un ami

    Cette page vous a intéressé ? n'hésitez pas à la partager avec vos amis !

    Bronchiolite : quand faut-il aller aux urgences ?

    • Partagez cette page : • Imprimez cette page : • Envoyez cette page à un ami :

    Bronchiolite :
    quand faut-il aller aux urgences ?

    La bronchiolite est une maladie respiratoire très fréquente chez les nourrissons. Due le plus souvent à un virus appelé Virus Respiratoire Syncitial (VRS) qui touche les petites bronches, elle débute par un simple rhume, puis la toux est plus fréquente et la respiration peut devenir sifflante. Dans la majorité des cas, cette infection respiratoire guérit spontanément au bout de 5 à 10 jours, mais la toux peut persister pendant 2 à 4 semaines.

     

    En général, le traitement dit symptomatique suffit. Il faut :

    • désobstruer le nez avec du sérum physiologique fréquemment ;
    • fractionner l’alimentation ;
    • lutter contre la fièvre (découvrir l’enfant, hydrater, donner du paracétamol) ;
    • continuer à le coucher sur le dos à plat ;
    • ne jamais fumer près de lui.

       

      Les vraies urgences

      « Si l’enfant est gêné pour respirer ou s’il a des difficultés pour manger ou téter, le médecin traitant doit être consulté », rappelle le Dr Bénédicte Vrignaud, Responsable Urgences Pédiatriques au CHU de Nantes.
      Le recours aux urgences pédiatriques est toutefois préférable en cas de :

    • nourrisson de moins de 6 semaines, ou né prématurément ;
    • nourrisson ayant une maladie cardiaque ou respiratoire identifiée ;
    • gêne respiratoire importante ;
    • mauvaise prise alimentaire (si l’enfant boit moins de la moitié de ses repas ou vomissements systématiques). Quoi qu’il en soit, vous pouvez toujours appeler le centre 15 afin qu’un médecin évalue la situation et vous indique comment réagir.

       

      Prévenir l’infection

      Très contagieux, ce virus se transmet facilement par la salive et les éternuements. Chaque hiver se sont plus de 30% des nourrissons qui sont touchés.
      Pour diminuer le risque de transmission, il suffit de respecter quelques précautions simples :

    • Lavez-vous systématiquement les mains à l’eau et au savon avant de vous occuper du nourrisson ;
    • N’embrassez jamais un nourrisson si vous êtes enrhumé ;
    • N’échangez pas biberons, tétines, doudous entre enfants ;
    • Evitez autant que possible aux bébés la fréquentation des lieux publics ;
    • Aérez la maison régulièrement et maintenez la température à 19°C.

       

      Source : CHU de Nantes, 23 décembre 2017

    Dans la même rubrique

    Lire les commentaires

    Vivons bien, vivons mieux