24/01/2019
Vivons bien, vivons mieux
  • Ongles rongés : <br>comment en finir avec cette manie ?

    Ongles rongés :
    comment en finir avec cette manie ?

  • Envoyer le lien de cette page à un ami

    Cette page vous a intéressé ? n'hésitez pas à la partager avec vos amis !

    Ongles rongés : comment en finir avec cette manie ?

    • Partagez cette page : • Imprimez cette page : • Envoyez cette page à un ami :

    Ongles rongés :
    comment en finir avec cette manie ?

    L’onychophagie, ou le fait de se ronger les ongles est une mauvaise habitude dont il est très difficile de se défaire. Pourtant, comme l’a récemment rappelé l’Académie américaine de dermatologie, les dégâts causés ne sont pas simplement inesthétiques. Il est donc urgent d’arrêter de grignoter ongles et cuticules.

    Se ronger les ongles est une sale manie généralement acquise dans l’enfance et qui perdure à l’âge adulte. Comme le rappelle l’Académie américaine de dermatologie, les dommages ne sont pas qu’esthétiques. « Cela peut endommager l’ongle lui-même, les cuticules, les tissus qui permettent à l’ongle de pousser… ». Mais ce n’est pas tout, « cette habitude peut vous rendre plus vulnérable aux infections. Notamment en raison du transfert des bactéries et des virus de la bouche à la main (et inversement) ».

    Pour cesser de vous ronger les ongles, les dermatologues recommandent donc:

    • de les couper très courts. La tentation sera ainsi moins forte de les mordiller ;
    • d’appliquer un vernis au goût amer. Disponible en vente libre, cette formule en découragera plus d’un ;
    • d’effectuer des manucures régulières ;
    • de recouvrir le bout de vos doigts de pansements, le temps que le sevrage s’opère ;
    • de jouer avec une balle anti-stress dès que l’envie vous prend ;
    • de déterminer les facteurs favorisant, comme la fatigue, le stress ou l’ennui, et tenter de les combattre.

    L’Académie américaine de dermatologie rappelle enfin que si l’onychophagie est souvent synonyme de stress, elle peut aussi être le signe de  problèmes psychologiques plus profonds. Si vous ne parvenez pas à y mettre un terme, n’hésitez pas à en parler à votre médecin.

     

    Source : Académie américaine de dermatologie, consultée le 9 janvier 2018

    Dans la même rubrique

    Lire les commentaires

    Vivons bien, vivons mieux