04/12/2022
Vivons bien, vivons mieux
  • Risque de noyade : le témoignage de Laurence Pérouème

    Risque de noyade : le témoignage de Laurence Pérouème

  • Envoyer le lien de cette page à un ami

    Cette page vous a intéressé ? n'hésitez pas à la partager avec vos amis !

    Risque de noyade : le témoignage de Laurence Pérouème

    • Partagez cette page : • Imprimez cette page : • Envoyez cette page à un ami :

    Risque de noyade : le témoignage de Laurence Pérouème

    L’accident n’arrive pas qu’aux autres… Par son témoignage, Laurence Pérouème nous rappelle que le risque de noyade des enfants ne doit pas être pris à la légère. Il suffit d’un instant d’inattention pour qu’un enfant se noie, en quelques secondes, dans 20 cm d’eau. Le temps de tourner la tête, d’ouvrir la porte ou le coffre de la voiture…

    « C’est arrivé en quelques secondes »

    En 1996, son fils Benoît s’est noyé dans une piscine mal protégée. « C’était en Corrèze, en juillet. Il faisait mauvais. Il était en pull et en salopette. Il jouait dans le jardin avec son frère. C’est arrivé en quelques secondes. » se souvient Laurence Pérouème.

    laurence-peroueme

    Crédit photo : Philippe Couette

    « En juillet 1996 mon petit garçon s’est noyé dans une piscine privée et je me suis engagée dans la prévention des accidents domestiques dès l’année suivante. En 1999 j’ai créé Sauve-qui-Veut, association de prévention des noyades d’enfants et assistance des familles de victimes. Je me suis battue pour faire voter en 2003 la loi Raffarin sur la protection des piscines privées, j’ai mis en place des campagnes de sensibilisation et agi pour que la noyade de jeunes enfants soit enfin reconnue comme un problème de santé publique. Chaque année nous avons sauvé des dizaines d’enfants et protégé des familles. Toutefois chaque année il faut rappeler les conseils et les gestes de prévention, témoigner encore et encore. En 2015 j’ai auto-publié Fragments de vie, chemins d’absence que je diffuse seule sur le deuil et l’absence apprivoisée afin de faire entendre ma voix, mais aussi celle des parents que j’ai accompagnés, et transmettre des mots d’espoir. »

    Les conseils d’une maman

    Laurence Pérouème souligne que l’accident survient toujours lors d’un malheureux concours de circonstances. Voici quelques conseils pour protéger votre bonheur :

    • La piscine doit être impérativement protégée par un dispositif normalisé (barrière avec portillon aux normes qu’un enfant de moins de 6 ans ne peut actionner de préférence) ;
    • Ne pas considérer une alarme sonore comme un dispositif de protection du bassin, au mieux c’est un dispositif complémentaire ;
    • Ne jamais laisser de jouets sur l’eau ou aux abords du bassin;
    • Un adulte (et non plusieurs) doit être en charge de la surveillance : ne pas quitter l’enfant des yeux ;
    • Mettre en garde les enfants dès le plus jeune âge, leur interdire de s’approcher de l’eau seul : à partir de 4 ans environ l’enfant prend progressivement conscience du danger ;
    • Apprendre à nager le plus tôt possible: regagner le bord, se mettre sur le dos, puis nager dès 3 ou 4 ans en fonction de la coordination de l’enfant.

    Retrouvez également sur notre site tous les autres conseils de Laurence Pérouème adaptés aux piscines publiques, aux bassins et aux différents points d’eau.

     

    Source : Laurence Pérouème – Association Sauve-qui-veut

    Dans la même rubrique

    Vivons bien, vivons mieux