17/12/2018
Vivons bien, vivons mieux
  • Le syndrome de l’intestin irritable

    Le syndrome de l’intestin irritable

  • Envoyer le lien de cette page à un ami

    Cette page vous a intéressé ? n'hésitez pas à la partager avec vos amis !

    Le syndrome de l’intestin irritable

    • Partagez cette page : • Imprimez cette page : • Envoyez cette page à un ami :

    Le syndrome de l’intestin irritable

    Affectant près de 9 millions de personnes en France, le syndrome de l’intestin irritable (SII) ou colopathie fonctionnelle correspond à des anomalies de la sensibilité et du fonctionnement du côlon (gros intestin) qui est « irritable ».

    Quelques éléments à connaitre

    Le syndrome de l’intestin irritable n’est pas un simple dysfonctionnement du tube digestif. De nombreux mécanismes qui peuvent expliquer les symptômes. C’est pour cela qu’il est aujourd’hui difficile de traiter la maladie.  Pour le moment, on ne traite que les symptômes par antispasmodiques, ralentisseurs du transit ou laxatifs.

    Quelles sont les personnes concernées ?

    Les femmes sont plus touchées que les hommes. Le syndrome de l’intestin irritable s’observe à tous les âges de la vie y compris chez le jeune enfant mais le plus souvent entre la fin de l’adolescence et l’âge de 25 ans.

    Une pathologie chronique

    Ces troubles fonctionnels intestinaux sont chroniques (40 % des sujets interrogés en souffrent depuis plus de 10 ans) et vont évoluer dans le temps de façon capricieuse et fluctuante sans jamais s’aggraver ni se compliquer. Ils associent des douleurs abdominales chroniques et des troubles du transit (constipation, diarrhée, alternance des deux) qui augmentent lors des poussées douloureuses. Le SII représente 50% des consultations en gastro-entérologie. Ce trouble est bénin mais il altère néanmoins significativement la qualité de vie des malades qui en souffrent, sur le plan de la fatigue et du bien-être émotionnel.

    Si vous reconnaissez certains symptômes, consultez un médecin ou un gastro-entérologue.

    Source : Fondation Digestscience

    Dans la même rubrique

    Ecrire un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Lire les commentaires

    Vivons bien, vivons mieux